Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HISTOIRE GEOGRAPHIE CITOYENNETE

Le refus des discriminations - Documents et questions - 5e - 2010

30 Avril 2010, 16:51pm

Publié par histege

LE REFUS DES DISCRIMINATIONS

 

I. QU’EST-CE QUE LA DISCRIMINATION ?

 

Texte 1 : Eloge des différences

 

«Un aspect des immenses et admirables couleurs et mystères de la vie est que des groupes d'individus diffèrent les uns des autres : dans leurs coutumes, leurs traditions, leur foi, la couleur de leur peau et leur façon de s'habiller, etc. Cette "altérité" des différentes communautés peut évidemment être acceptée avec compréhension et tolérance comme quelque chose qui enrichit la vie : elle peut être honorée et respectée, on peut même s'en réjouir.»

 

    Václav Havel, Président de la République tchèque.

 

Texte 2 : La Convention européenne des Droits de l'Homme

 

«Article 14. La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.»

 

Source : Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales, Rome, 4 novembre 1950.

 

Texte 3 : La discrimination selon Alphonse Daudet

 

«Ce qui me frappa d’abord, à mon arrivée au collège, c’est que j’étais le seul avec une blouse. A Lyon, les fils de riches ne portent pas de blouse. Il n’y a que les enfants de la rue, les « gones » comme on dit. Quand j’entrai dans la classe, les élèves ricanèrent. Le professeur fit la grimace et tout de suite me prit en aversion.»

 

Extrait de Le Petit Chose, d’Alphonse Daudet, écrivain, 1868.

 

Questions

 

Textes 1 et 2 :

 

1.     D’après ces deux textes, quelles sont les différences ou les distinctions qui peuvent exister entre les hommes ?

 

Texte 1 :

2.     Quelle attitude préconise l’auteur par rapport aux différences ?

3.     D’après l’auteur, les différences peuvent-elles être un avantage ?

 

Texte 2 :

4.     Les distinctions entre les hommes sont-elles reconnues par la Convention européenne des Droits de l’Homme qu’a signée la France ?

5.     Ces distinctions entraînent-elles des droits et des libertés différentes ?

 

Texte 3 :

6. Quelle différence existait entre Alphonse Daudet et les autres élèves à son arrivée au collège ?

7. Quelle a été l’attitude des autres élèves ? Et celle du professeur ?

8. Une telle attitude peut-elle se justifier ?

9. Par quel mot peut-on qualifier cette attitude ?

 

II. UN EXEMPLE DE DISCRIMINATION : LA XENOPHOBIE EN FRANCE

 

Texte 1 : La xénophobie en France

«D'après une étude de l'Institut national d'étude démographique (INED)[1], la discrimination raciale à l'égard des personnes d'origine non européenne se manifeste particulièrement dans deux domaines : l'emploi et le logement. Les populations immigrées et plus généralement les personnes ayant certaines origines ethniques rencontrent des difficultés pour accéder à un logement correct convenant à la taille de leur ménage et connaissent le surchômage. (…)

 

Ainsi apparaît-il que les immigrés originaires d'Algérie, et d'autres pays maghrébins (Maroc et Tunisie) et d'Afrique noire sont les plus exposés à la discrimination à l'embauche. Viennent ensuite les originaires de la Turquie et dans une moindre mesure les originaires du Sud-Est asiatique.

 

(…) On explique cette situation par le "handicap de sale gueule" dont ces jeunes sont victimes (il faudrait comprendre que leur morphologie d'Africains noirs ou de Maghrébins suscite la réserve des employeurs). Leurs noms de famille (noms musulmans ou africains), leurs adresses (souvent les banlieues dites "chaudes") sont aussi des obstacles à l'embauche.

 

Du fait de la crise économique et de la montée de la xénophobie, les pratiques discriminatoires dans l'emploi semblent se répandre. On peut lire dans la presse des annonces équivoques comme "recherche femme blanche pour garder dame âgée", "pas de gens de couleur. Impossible", "Recherche stagiaire d'origine culturelle française". Les agences d'intérim utiliseraient un code discret, l'appellation codée "BBR" (bleu, blanc, rouge) pour signifier que l'on recherche exclusivement des Français blancs pour une offre d'emploi donnée. Divers prétextes discriminatoires sont pareillement utilisés par des employeurs pour refuser systématiquement l'embauche de personnes noires ou maghrébines :

"La crainte de ne pouvoir contrôler ces personnes" qui se traduit par des propos comme "j'ai déjà un Noir sur mon chantier, je n'en veux pas deux parce qu'après ils sont incontrôlables" ;

"La non-acceptation de personnes étrangères ou de couleur par les autres employés de l'entreprise" ;

"L'emploi d'immigrés dévaloriserait l'image de marque de l'entreprise" ;

Enfin, "l'impossibilité de mettre en contact le public ou la clientèle avec des personnes de couleur".»

         Source : Rapport sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance, O.N.U., 1996.

 

Questions

 

1.     Quelles sont les populations qui souffrent le plus de discrimination dans ce texte ?

2.     Dans quels domaines souffrent-elles particulièrement de discrimination ?

3.     Quelles sont les « raisons » avancées par ceux qui refusent d’employer de telles personnes ?

4.     Donne une définition du mot xénophobie d’après le texte.

5.     De quel type de discrimination s’agit-il ?

 

Texte 2 : Deux exemples de discrimination

«Depuis qu'il se prénomme Thomas, Abdelatif, 25 ans, DEUG d'allemand et BTS d'action commerciale, collectionne les entretiens d'embauche. Enfin des propositions de rendez-vous après plus de deux années de chômage et exactement 93 lettres de candidature toujours restées infructueuses !

 

«C'est triste à dire, mais il a suffi que je change de prénom pour que, subitement, on me propose enfin des entretiens. Comme je ne suis pas très typé et que mon nom de famille ne fait pas trop arabe, les rendez-vous se passent assez bien. Mais après, quand je rentre chez moi, j'ai honte, car j'ai l'impression d'avoir renié ma véritable identité pour exister socialement.» Moins de deux mois seulement après son changement de prénom, entériné par une décision du juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance de Lille, «Thomas» est sur le point d'être embauché comme assistant du directeur marketing d'une grosse PME régionale spécialisée dans la restauration collective. Abdelatif n'aurait probablement eu aucune chance de décrocher ce poste. Il s'agit pourtant du même homme...

 

A Toulouse, Nedjma, vingt-six ans, titulaire d'une maîtrise de droit et d'un DEA de management, est toujours au chômage deux ans après la fin de ses études. La plupart de ses camarades de promotion ont, eux, trouvé un emploi. Pourtant, elle ne changera pas de nom. «En arabe, Nedjma veut dire "étoile". Vous ne trouvez pas ça beau, vous ? Jamais je ne changerai de nom. Cela signifierait que nous sommes dans un pays de non-droit qui intègre les gens non pas en fonction de leurs compétences et talents, mais en fonction de leur faciès ! C'est la remise en cause totale des fondements de la République, de l'Etat de droit et de toutes ces valeurs d'égalité et de justice que j'ai apprises depuis l'école primaire», s'indigne la jeune femme. En attendant de trouver un emploi en rapport avec sa formation, cette Toulousaine aux longs cheveux bouclés confectionne des hamburgers pour une grande chaîne de restauration rapide pendant la journée et garde des enfants plusieurs soirs par semaine.»

         Nasser Negrouche, journaliste, extrait d’un article du journal Le Monde diplomatique, mars 2000.

 

Questions

 

6.     Qu’est-ce qu’a dû faire Abdelatif pour avoir plus de chance de trouver un emploi ?

7.     Explique le sens de la phrase : «Il s’agit pourtant du même homme».

8.     Malgré ses diplômes élevés, Nedjma n’a toujours pas trouvé d’emploi. Explique le sens des deux phrases suivantes :

-         «Cela signifierait que nous sommes dans un pays de non-droit qui intègre les gens non pas en fonction de leurs compétences et talents, mais en fonction de leur faciès !»

-         «C’est la remise en cause totale des fondements de la République, de l’Etat de droit et de toutes ces valeurs d’égalité et de justice que j’ai apprises depuis l’école primaire».

 

Texte 3 : Loi du 16 novembre 2001 relative à la lutte contre les discriminations

«Art. L. 122-45. - Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d'affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son patronyme ou, sauf inaptitude constatée par le médecin du travail (…), en raison de son état de santé ou de son handicap.

(…)

En cas de litige (…), le salarié concerné ou le candidat à un recrutement, à un stage ou à une période de formation en entreprise présente des éléments de fait laissant supposer l'existence d'une discrimination directe ou indirecte. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination.»

 

Questions

9.     Que dit la loi du 16 novembre 2001 par rapport à la discrimination ?

10. Que doit faire un employé s’il pense être victime d’une discrimination ?

11. Quand un employé dépose une plainte pour discrimination contre son entreprise, qui doit prouver qu’il n’y a pas eu de discrimination ?

 

Tableau des lois antiracistes en France

 

infraction

texte de loi

peine

peine complementaire

Provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale

Art. 24 alinéa 5, loi de 1881

emprisonnement de 1 an au plus et/ou amende de 45 000 au plus

Interdiction d'être éligible, d'exercer une fonction juridictionnelle pendant 5 ans au plus (art.131-26, 2 et 3 du Code pénal)

Provocation non publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale

Art. R. 625-7 du Code pénal

-          amende de 1 500 au plus

-          saisie et confiscation

 

Diffamation raciale

Art. 32 alinéa 2, loi de 1881

emprisonnement de 1 an au plus et/ou amende de 45 000 au plus

Art. R. 625-7 du Code pénal.

Injure raciale

Art. 33 alinéa 3, loi de 1881

emprisonnement de 6 mois au plus et/ou amende de 22 500 €.

 

Apologie de crime contre l’humanité

Art. 24 alinéa 1 et 3, loi de 1881

-          emprisonnement de 5 ans au plus et/ou amende de 45 000 au plus

-          confiscation spéciale

 

Contestation de l’existence de crimes contre l’humanité définis par le statut du tribunal international de Nuremberg de 1945

Art. 24 bis, loi de 1881

emprisonnement de 1 an au plus et/ou amende de 45 000 au plus

 

Mise en vente, distribution ou reproduction des publications étrangères interdites

Art. 14, loi de 1881

-          emprisonnement de 1 an au plus et/ou amende de 4 500  au plus

-          saisie administrative des exemplaires et reproductions

 

Mise à la disposition de mineurs, exposition ou publicité d’ouvrages interdits aux mineurs

Art. 14, loi de 1949

-          emprisonnement de 1 an maxi et/ou amende de 3 750 maxi

-          saisie

 

Port ou exhibition d’uniformes, insignes ou emblèmes rappelant ceux des responsables de crimes contre l’humanité

Art. R 625-1 du Code pénal

-          amende de 1 500 au plus

-          confiscation

 

Interdiction de mémoriser des données portant sur la race

Art. 31 et 42, loi du 6 janvier 1978

emprisonnement de 5 ans au plus et/ou amende de 300 000 au plus

 

Crimes qualifiés de crimes contre l’humanité commis au cours de la seconde guerre mondiale pour le compte d’une puissance européenne de l’axe

Art. 6, statut du Tribunal militaire international de Nuremberg

peine attachée aux crimes recevant la qualification de crimes contre l’humanité (ex. réclusion criminelle à perpétuité sanctionnant la complicité d’assassinat)

déchéance des droits civiques

Crimes qualifiés de crimes contre l’humanité commis (après l’entre en vigueur du nouveau Code pénal) et association en vue de commettre les dits crimes

Art. 212-1 à 213-3 du Code pénal

réclusion criminelle à perpétuité

Art. 213-1 à 213-3 du Code pénal : privation des droits civiques, interdiction d’exercer une fonction publique, confiscation des biens, interdiction du territoire français pour les ressortissants étrangers, interdiction de séjour, etc.

Refus de fournir un bien ou un service fondé sur une discrimination nationale, ethnique, raciale ou religieuse

Art. 225-1 et 225-2, 1 du Code pénal

emprisonnement de 2 ans au plus et amende de 30 000 au plus

 

Art. 225-19 du Code pénal : privation temporaire du droit d’éligibilité, affichage et diffusion du jugement, fermeture temporaire ou définitive d’établissement, exclusion temporaire des marchés publics, privation temporaire d’exercer une fonction juridictionnelle

Licenciement, sanction ou refus d’embauche discriminatoire

Art. 225-1 et 225-2, 3 du Code pénal

Entrave discriminatoire à l’exercice normal d’une activité économique

Art. 225-1 et 225-2, 2 du Code pénal

Subordination de la fourniture d’un bien ou d’un service ou d’une offre d’emploi à une condition discriminatoire

Art. 225-1 et 225-2, 4 et 5 du Code pénal

Discrimination commise par un représentant de l’autorité publique

Art. 432-7 du Code pénal

emprisonnement de 3 ans au plus et amende de 45 000 au plus

Art. 432-17 du Code pénal, dont privation des droits civiques, interdiction professionnelle, confiscation de l’objet ou du produit de l’infraction

Violation de sépulture à caractère raciste ou antireligieux

Art. 225-18 du Code pénal

-          emprisonnement de 3 ans au plus et amende de 45 000 au plus

-          en cas d’atteinte à l’intégrité du cadavre : emprisonnement de 5 ans au plus et amende de 75 000 au plus

 

         Source internet : ministère de la justice, http://www.justice.gouv.fr/

 

Questions

 

12. À quel type d’infraction sur le tableau correspond la discrimination dont parlent les textes 1, 2 et 3 ?

13. Quelle est la peine que peut se voir infliger une personne ou une entreprise qui a commis une telle discrimination ?



[1] Source : INED, Enquête MGIS réalisée avec le concours de l'INSEE, 1992.

Voir les commentaires

Où sont les hommes sur la terre ? 6e - 2010

29 Avril 2010, 23:22pm

Publié par histege

OÙ SONT LES HOMMES SUR LA TERRE ?

 

 

Chap 13 p 194-209 et chap 14 p 210-230

 

I.                  L'EXPLOSION DEMOGRAPHIQUE

 

démographie : étude de la population.

 

Un site essentiel, à visiter : INED.

 

La Terre compte 6.9 milliards d’habitants. La population augmente rapidement : 2 personnes supplémentaires par seconde et 75 millions par an (le nombre des personnes qui naissent est plus élevé que le nombre de celles qui meurent). On prévoit par la suite un ralentissement de cette croissance.

 

Pendant longtemps, les hommes sont peu nombreux et la population n’augmente presque pas. Jusque vers 1800, le nombre de naissances et le nombre des décès étaient élevés, mais s’annulaient : sur 6 naissances, 2 parvenaient à l’âge adulte.

 

La situation change vers 1800 et au XXe siècle, la population augmente de manière vertigineuse (6 milliards de plus) : on parle d’explosion démographique. Depuis 1950, la population mondiale a plus que doublé.

 

-         taux de natalité : nombre de naissances pour 1000 habitants en un an

-          taux de mortalité : nombre de décès pour 1000 habitants en un an. Moyenne mondiale : 9 ‰. Il est peu élevé car les hommes bénéficient de progrès : augmentation de la production agricole (moins de famine et de malnutrition), médecine, confort, hygiène, niveau de vie… et la population est plutôt jeune.

-          taux de fécondité : nombre moyen d’enfants par femme en âge de procréer. Moyenne mondiale : 2.5. Ce chiffre dépend de l’âge au mariage, de l’allaitement et de la limitation volontaire des naissances. Remarque : une femme peut avoir des enfants de 12 à 50 ans en moyenne.

-         taux de croissance naturelle : différence entre le taux de natalité et le taux de mortalité

-         solde migratoire : différence entre le nombre des émigrés (« sortants ») et le nombre des immigrés (« entrants ») pour un territoire considéré.

 

 

II.                DES VIDES… OU « DESERTS HUMAINS »

 

Comment représente-t-on la répartition des hommes sur la terre ?

 

La carte par points :

Répartition de la population mondiale couleur

 Un point rouge représente 500 000 personnes.

 

La carte des densités :

 

densité = nombre d’habitants au km².

 

Elle se calcule ainsi :

d = p / s

d = densité ; p = population ; s = superficie.

 

Exemples :

- Densité mondiale moyenne : 6 900 000 000 hab / 149 000 000 km² = 49 hab/km².

- Pour la France : 62 600 000 hab / 551 000 km² = 113.5 hab/km². La France est en moyenne au moins deux fois plus dense que le monde.

 

     <script src="http://player.ooyala.com/player.js?embedCode=1seWNnNzodHIPKhdgXbBm81OaxyU6fqK&height=294&deepLinkEmbedCode=1seWNnNzodHIPKhdgXbBm81OaxyU6fqK&video_pcode=RmaW46gJFdYKU8XJ90pKJneIbVdG&width=494"></script>

 

Une autre manière de voir la répartition des hommes : la quantité de lumière visible et de lumière infrarouge dégagée par les activités humaines. Elle reflète les densités, mais avec un correctif de taille : les pays et les métropoles riches consomment beaucoup plus d'énergie que les autres.

 

Quelles sont les régions les moins peuplées ?

-         au Nord : Grand Nord Canadien, Groenland, Arctique, Sibérie, Asie centrale et Ouest des États-Unis

-         entre les tropiques : Amazonie, Sahara, Congo, Arabie et Océanie

-         au Sud : Antarctique.

 

Milieux bio-climatiques - Noémie

Les milieux bio-climatiques (ou naturels) varient de manière zonale :

-         plus on va vers les pôles, plus il fait froid

-         plus on va vers l’équateur, plus il fait chaud

-         l’humidité est faible sur les tropiques et plus élevée ailleurs. 

 

 

 

Pourquoi des régions moins peuplées ? Il y a des contraintes naturelles fortes : handicaps pour l’installation des hommes.

-         au Nord et au Sud : le froid

-         entre les tropiques :

o       la sécheresse (chaleur excessive) : manque d’eau

o       l’humidité au niveau de l’équateur : forêt dense d’Amazonie, d’Afrique centrale et de l’Asie du Sud-Est.

- l’altitude : montagnes (Himalaya, Tibet). La déclivité du sol, le froid et la raréfaction de l’oxygène conjuguent leurs effets négatifs.

montagne ancienne - Florise Une montagne ancienne

 

montagne jeune - FloriseUne montagne jeune 

 

Le nombre des hommes est faible : on parle de « déserts humains ».

Les hommes sont souvent nomades (avec pour habitat la tente ou l’igloo) et vivent de chasse, de pêche et de cueillette, ou encore d’élevage : c’est le cas des Inuits, des Mongols et des Touaregs. Ce mode de vie, général dans la préhistoire, est aujourd’hui à l’état résiduel.

 

III.             … ET DES PLEINS OU FOYERS DE POPULATION

 

Foyers et déserts humains dans le monde Déserts humains et foyers de population dans le monde

 

 

Une grande partie des hommes se regroupe dans des foyers de peuplement :

-         trois majeurs : foyer chinois (1.5 milliard d’hab.), foyer indien (1.2 milliard) et foyer européen (0.7 milliard).

-         des foyers secondaires : foyer indonésien (Asie), foyer guinéen (Afrique), nord-est de l’Amérique du Nord et sud-est de l’Amérique du Sud.

 

Grandes formes de relief - Noémie 

 

plaine - Florise

La plaine

 

plateau - Florise

Le plateau 

 

Les zones de forte densité correspondent souvent à des plaines, des plateaux, des vallées de fleuves, aux bordures de lacs et surtout aux littoraux : 60 % des hommes vivent sur les littoraux. La richesse des sols et la présence de l’eau conjuguent leurs effets favorables.

 

Les zones de forte densité correspondent en particulier à certains d'entre eux :

-         tempéré : Europe, Nord-Est des États-Unis, Nord de la Chine

-         une partie du milieu tropical et du milieu équatorial : Chine, Inde, Nord-Est de l’Amérique du Sud, Golfe de Guinée.

 

Dans les foyers chinois, indien et indonésien, les fortes densités s’expliquent en partie par la mousson : au niveau de l’équateur, l’eau s’évapore à la surface de l’océan et forme des masses nuageuses. Les alizés (vents) emportent ces masses d’air chargées d’humidité vers le Nord, où elles se précipitent sous forme de pluies diluviennes (très abondantes). La chaleur, le soleil, la terre fertile et la forte humidité permettent jusqu’à trois récoltes de riz par an, dans des rizières (champs inondés). Depuis l’Antiquité, cela a permis de nourrir un grand nombre d’hommes.

 

IV.            LA REPARTITION DE LA POPULATION MONDIALE EVOLUE

 

Les régions les plus peuplées correspondent en grande partie avec les foyers d’invention de l’agriculture (Croissant fertile, Chine, Sahel, Amérique centrale et Amérique du Sud), il y a plusieurs milliers d’années.

 

À partir de 1740, l’agriculture fait des progrès en Europe et favorise l’augmentation de la population.

 

L’invention de l’industrie moderne crée de nouvelles concentrations de population en Europe et en Amérique du Nord entre 1760 et 1960.

 

À partir de 1950, la population de l’Asie, de l’Amérique latine et de l’Afrique augmente considérablement.

 Flux migratoires

 

Les flux sont, ici, des déplacements de population.

 

La répartition de la population continue d’évoluer aujourd’hui, mais à des vitesses différentes, en fonction de la croissance démographique :

-         la population d’une grande partie de l’Afrique augmente fortement : la natalité reste forte alors que la mortalité est en baisse. La femme a en moyenne 5 à 6 enfants. On parle de population « jeune », car le nombre des jeunes atteint parfois la moitié de la population totale. Les contraceptifs sont peu utilisés.

-         la population augmente assez rapidement en Amérique latine, dans quelques États d’Asie (Inde…) et en Australie.

-         la population stagne ou augmente lentement en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et parfois en Asie (Chine). Natalité et mortalité sont peu élevées. La femme travaille et a en moyenne deux à trois enfants.

-        la population diminue en Allemagne, en Europe de l’Est, en Russie et au Japon. Les hommes veulent moins d’enfants pour mieux s’en occuper (avec l’idée que l’enfant a un « coût économique » élevé) et avoir du temps libre pour eux-mêmes (hédonisme). La femme a en moyenne un ou deux enfants. La part des personnes âgées augmente : on parle de « vieillissement » (terme mal choisi car il a une connotation négative) de la population.

 

Les migrations modifient également la répartition de la population :

-         les régions de départ : Asie du Sud et du Sud-Est, Amérique centrale et le Nord-Ouest de l’Amérique du Sud, le Golfe de Guinée, l’Afrique du Nord et l’Europe de l’Est

-         les régions d’arrivée : Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et l’Arabie.

Pourquoi ? Ces déplacements s’expliquent par :

-         des raisons économiques : recherche de meilleurs revenus (travail)

-         parfois des raisons politiques (conflits).

-          par la recherche d’un meilleur cadre de travail : « fuite des cerveaux ».

 

Remarques :

-          l’émigration européenne a ainsi contribué à peupler le Nord de l’Asie, l’Amérique, l’Afrique du Sud et l’Océanie.

-          les États riches interdisent (en général) l’arrivée d’hommes venant des États pauvres.

 

V.               LE FAIT URBAIN DEVIENT DOMINANT

 

Revoir l’étude de cas sur le pays de Nyons, à la fois campagne et ville.

 

Le mode de vie sédentaire est désormais très largement dominant, avec deux types d’habitat :

-         rural : habitat isolé, hameaux et villages. C’est la campagne. La moitié des hommes vivent à la campagne. La densité est assez faible. L’activité principale est l’élevage et l’agriculture.

-         urbain : villes. La moitié des hommes vivent en ville. Ils atteignent 80 % dans les États riches. La densité est très élevée.

 

part des urbains 1950-2030

   Les hommes vivent de plus en plus dans les villes, car l’urbanisation (transformation de la campagne en ville) progresse pour deux raisons :

o       surtout par l’exode rural dans les États pauvres : les paysans quittent la campagne pour s’installer en ville dans l’espoir de trouver de meilleurs revenus.

o       par l’extension des villes dans les États riches. Le mode de vie urbain est parfois implanté à la campagne sous la forme de la rurbanisation (installation de citadins à la campagne).

 

Les villes existent à plusieurs échelles :

-         villes petites (Nyons) et moyennes (Valence)

 

Grandes métropoles

 

-         métropoles : grandes villes qui dirigent une région (Lyon). Celles qui ont plus de 10 millions d’habitants sont appelées mégapoles (Paris, New York, Mumbay). La majorité d’entre elles se trouve en Asie.

-         regroupements de plusieurs villes : conurbations ; les plus grandes sont appelées mégalopoles (plusieurs dizaines de millions d’habitants).

Les activités principales urbaines sont l’industrie et surtout les services.

 

VI.            UNE RICHESSE MAL PARTAGEE

 

Les hommes ne sont pas unis politiquement. Ils sont organisés en un grand nombre d’entités politiques, appelées États (délimités par des frontières), au nombre de 200 environ et de taille très inégale : certains sont minuscules (Luxembourg) et d’autres gigantesques (Russie). Certains ont une population totale réduite (San Marin), d’autres sont très fortement peuplés (Chine : 1.3 milliards d’habitants). Certains ont une densité très faible (Canada) et d’autres très élevée (Japon).

La population mondiale - 2005 - anamorphose

 

 Carte par anamorphose : la population totale de chaque Etat

est schématisée et déformée en fonction de son importance.

 

IDH 2005 source PNUD

 

L'IDH mesure le niveau de développement d'un Etat : plus il est proche de 1 (bleu)

plus celui-ci est riche, plus il est proche de 0 (rouge), plus il est pauvre.

 

01-02 pib hab QT 2004

 

 Le PIB mesure la richesse totale produite à l'intérieur d'un

Etat et s'exprime par une moyenne par habitant ou par Etat.

 

Mais, la grande différence entre les États est la richesse. Les écarts sont très grands :

-         les États riches : Amérique du Nord, Europe de l’Ouest, Océanie, Japon et Corée du Sud et quelques États d’Arabie. La plupart se trouvent dans l’hémisphère Nord.

-         les États de richesse moyenne (ou moyennement pauvres) : Amérique latine, Europe de l’Est, Nord de l’Asie, Chine et quelques États d’Afrique. Parmi eux, il y a des pays émergents, dont la richesse se développe (Chine, Inde, Brésil, Argentine…).

-         les États pauvres : la plus grande partie de l’Afrique, l’Asie du Sud et du Sud-Est et quelques États d’Amérique latine. La plupart se trouvent dans l’hémisphère Sud.

 

20 % des habitants possèdent 80 % de la richesse mondiale.

 

 

Remarques :

- il y a des riches dans les Etats pauvres

- il y a des pauvres dans les Etats riches.

- les écarts de richesse entraînent des déplacements de population, des États pauvres vers les États riches.

 

Conclusion

 

         La population est inégalement répartie. De même, les inégalités sont fortes dans tous les domaines. La diversité est le maître mot, avec un grand nombre de peuples, de langues, de religions et de cultures. Mais de grands ensembles se dégagent, par leur nombre d’habitants et leur influence :

1)     les grandes religions :

o       animisme (esprits qui gouvernent la nature) : Arctique, Sibérie, Afrique noire, Amérique

o       polythéisme (croyance en l’existence de plusieurs dieux) : hindouisme en Inde …

o       sagesses-religions : bouddhisme et confucianisme en Chine, Corée, Japon…

o       monothéisme (croyance en l’existence d’un seul dieu) :

§         judaïsme en Israël notamment et diaspora dans le monde entier

§         christianisme en Europe et en Russie, dans le Sud de l’Afrique, en Amérique et en Océanie

§         islam au Moyen-Orient, en Asie centrale, en Indonésie et dans le Nord de l’Afrique

2)     les grandes cultures :

o       domination de la culture occidentale, qui s’est planétarisée : Europe, Russie, Amériques, Océanie

o      culture chinoise : Chine, Corée, Japon et péninsule indochinoise et diaspora mondiale

o      indienne : Inde, Bengladesh

o      mélanésienne : Asie du Sud-Est, Océanie et Pacifique

o      arabo-musulmane : Moyen-Orient, Asie centrale, Indonésie, Nord de l’Afrique

o      noire-africaine : au Sud du Sahara

o      améridienne : Amérique

o      inuit : Arctique.

 

Remarque : L’universitaire américain, Samuel Huntington, aujourd’hui disparu, prophétisait, de manière exagérée, un « choc des civilisations ».

 

 

 

Voir les commentaires

Agenda des classes à partir du 29 avril 2010

29 Avril 2010, 11:56am

Publié par histege

AGENDA DES CLASSES

A partir du 29 avril 2010



 

Evaluations

 

classe

date

sujet

manuel

coefficient

6e 3

Jeudi 6 mai

Répartition des hommes sur la terre

 

 

p. 194-229

2

5e 4

Vendredi 6 mai

Refus des discriminations

 

-

2

5e 5

Bientôt

Occident chrétien

p. 84-113

2

5e 6

Vendredi 6 mai

Refus des discriminations

 

-

2

3e 2

 

Japon

p. 260-279

2

3e 3

 

Japon

p. 260-279

2

           

Pour toutes les classes : les chapitres étant assez longs, il faut impérativement les résumer. Pour cela, revoir la fiche méthode, "comment apprendre sa leçon" (y compris faire une fiche résumant le chapitre).

Classe de 6e : il ne faut pas oublier de bien apprendre les cartes (savoir localiser).

Classes de 5e 4 et 5e 6 : ce sera une étude de cas, avec documents et questions, des cas réel confrontés à un texte de loi et il faudra trouver de quelle discrimination il s’agit.

 

Classe de 5e: connaître les détenteurs du pouvoir (seigneurs et vassaux), la féodalité, les cérémonies de l’hommage et de l’adoubement, le fonctionnement d’une seigneurie, le vocabulaire architectural d’un château fort, les transformations des campagnes, le développement du commerce et des villes (avec l’organisation d’une ville).

Voir les commentaires

Les grandes puissances économiques - autoévaluation - 3e - 2010

25 Avril 2010, 20:01pm

Publié par histege

LES ÉTATS-UNIS, LE JAPON, L’UNION EUROPÉÉNNE ET LA FRANCE

 

exercice d’auto-évaluation de géographie, 3e

 

1)     Quelles sont les deux premières minorités ethniques aux États-Unis ?

 

2)     Quelles sont les trois plus grandes métropoles États-Unis ?

 

3)     Quelles sont les deux plus grandes métropoles du Japon ?

 

4)     Entre la mégalopole américaine et la mégalopole japonaise, quelle est la plus peuplée du monde ?

 

5)     Quelle est la plus grande ville du monde : New York, Tokyo, Pékin, Mexico ?

 

6)     Dans une agglomération américaine, le CBD est : le quartier des affaires central, la périphérie, une zone résidentielle, le quartier industriel principal ?

 

7)     Dans quelle partie des agglomérations vit la grande majorité des Américains aisés ?

 

8)     Dans quelle partie des agglomérations américaines l’insécurité est-elle la plus importante ?

 

9)     Quelle est la première région économique des États-Unis ?

 

10) Quelle est la région qui se développe le plus rapidement États-Unis ?

 

11) Qu’est-ce qui correspond au système économique en vigueur aux Etats-Unis, au Japon et dans l’Union européenne : capitalisme, communisme, libéralisme, socialisme ?

 

12) Quel est le rang mondial de l’agriculture des États-Unis ?

 

13) Quels sont les trois principaux concurrents des États-Unis : Chine, Russie, Japon, Union européenne, Canada, Mexique ?

 

14) Quels sont les trois principaux concurrents du Japon : Chine, Russie, États-Unis, Union européenne, Australie, Brésil ?

 

15) Quel adjectif qualifie habituellement la balance commerciale du Japon : déficitaire, excédentaire, équilibrée ?

 

16) Quel adjectif qualifie habituellement la balance commerciale des États-Unis : déficitaire, excédentaire, équilibrée ?

 

17) Quelle est la première puissance militaire du monde : Chine, Russie, Japon, Allemagne, États-Unis, France ?

 

18) Quel est le pays qui consacre le plus d’investissements (montant total) à la recherche : Japon, États-Unis, Allemagne, France.

 

19) Quel est le pays qui consacre le plus d’investissements en pourcentage du PIB : Japon, États-Unis, Allemagne, France ?

 

20) Quels sont les deux premiers pays pour les hautes technologies : France, Japon, Allemagne, États-Unis, Grande-Bretagne ?

 

21) Quel est le premier pays qui a vu naître les premières technopoles ? France, Japon, Allemagne, États-Unis ?

 

22) Quelle est la deuxième puissance industrielle du monde : France, Japon, Allemagne, Chine, États-Unis ?

 

23) Quel est le premier pays exportateur mondial de services : France, Japon, Allemagne, États-Unis ?

 

24) Quel est le deuxième pays exportateur mondial de services : France, Japon, Allemagne, États-Unis ?

 

25) Quelles villes possèdent les deux premières bourses du monde : New York, Francfort, Londres, Tokyo, Paris.

 

26) Quelle est la zone économique que dirige le Japon : ALENA, ASEAN, MERCOSUR, UNION-EUROPEENNE ?

 

27) Quelle est la zone économique que dirigent les États-Unis : ALENA, ASEAN, MERCOSUR, UNION-EUROPEENNE ?

Voir les commentaires

Londres - chronologie - London - timeline

24 Avril 2010, 23:01pm

Publié par A. Sadki

 
Londres - chronologie - London - timeline
 

 

Chronologie de l'histoire de Londres et de l'Angleterre, depuis l'époque celtique jusqu'à nos jours.
 

 

par A. Sadki

Voir les commentaires

Eglise catholique - évaluation - 5e - 2010

23 Avril 2010, 17:34pm

Publié par histege

 
Eval - Eglise catholique - 2009
Evaluation sur le monde catholique - classe de 5e.
par histege

Voir les commentaires

Vie du blog - 23 avril 2010

23 Avril 2010, 14:42pm

Publié par histege

 

 

Le blog a atteint 20 000 visites

et 40 000 pages vues.

Merci à tous et bonne lecture.

 

 

 

A. Sadki.

Voir les commentaires

Mornas, une forteresse médiévale

21 Avril 2010, 10:15am

Publié par histege

MORNAS

UNE FORTERESSE MEDIEVALE

 

GEOGRAPHIE

 

1. Mornas se situe :

- sur le plus grand axe de transport routier français, desservi par la route (Nationale 7) et l’autoroute (A 7). C’est l’axe PLM (Paris-Lyon-Marseille). Il relie aussi l’Europe du Nord-Ouest à la Méditerranée occidentale

- sur un axe ferroviaire (transport de marchandises et TGV), depuis 1854

- entre les grandes villes de :

● Lyon au Nord (Grenoble, Saint-Etienne)

● Marseille au Sud (Avignon, Aix-en-Provence, Arles, Montpellier)

- dans la vallée du Rhône : sillon rhodanien

- dans le Vaucluse, région PACA.

 

2. Il y a environ 2000 habitants à Mornas.

 

3. Les problèmes d’aménagement urbain :

- espace étroit entre le plateau, la falaise et la rive gauche du Rhône

- espace coupé par le Rhône, la voie ferrée (notamment TGV) et l’autoroute

- problème de nuisance sonore.

 

4. Le village se trouve au pied de la falaise. La forteresse est sur le revers du plateau, au sommet de la falaise.

 

HISTOIRE

 

1. Les principaux vestiges découverts à Mornas :

         - époque romaine : présence d’un oppidum, avec muraille, thermes, nécropole (cimetière). Au pied de la falaise : temple de Diane (vraisemblablement).

         - époque médiévale : castrum à partir du IXe siècle, sûrement avec tour et palissade en bois ; puis forteresse en dur de type « rocca » aux Xe et XIe siècles ; milieu du XIVe siècle : réparations sur la forteresse avec construction des murailles de ceinture.

 

2. Les pouvoirs qui se succèdent à Mornas :

- à partir de 818 : l’abbaye (bénédictine) d’Aniane

         - puis le Saint-Empire romain germanique

         - peu après 911 : les Archevêques d’Arles (donation par le Saint-Empire), à la tête du Comtat Venaissin (puis par les papes eux-mêmes)

         - le comte de Toulouse (inféodation par l’archevêque d’Arles)

         - à partir de 1209 : l’archevêque d’Arles ; puis repris par le comte de Toulouse

         - 1224 : retour à l’archevêque d’Arles

         - 1229 : sous le contrôle du roi de France (par le sénéchal de Beaucaire)

         - 1274 : restitution de Mornas au Comtat Venaissin (archevêque d’Arles) ; Mornas est alors dirigé par les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

         - 1320 : cession au pape ; les papes s’établissent à Avignon aux XIVe et XVe siècles.

 

4. La vocation de Mornas :

- militaire : garnison qui contrôle le passage

- fiscale : péage

- non politique (pas de présence de pouvoir seigneurial).

 

5. Les principales pièces du château :

- barbacane (ouvrage défensif protégeant la porte d’entrée)

- demi-tour ronde

- citernes

- douves

- chapelle

- donjon (tour de guet).

 

6. Donjon : plan rectangulaire de 3.5 m sur 5.6 m de côtés et de 20 m de haut.

 

7. Un ossuaire et divers objets (épingles en or, carreaux d’arbalète, poteries, monnaies royales et papales) ont été trouvés dans la crypte du château.

Voir les commentaires

Agenda des classes à partir du 20 avril 2010

20 Avril 2010, 00:08am

Publié par histege

AGENDA DES CLASSES

 

 

3e 3 : carte des régions économiques des Etats-Unis (voir le polycopié) à compléter, en vous aidant de la carte publiée sur le blog. Il ne faut pas tenir compte des modifications, mais bien appliquer les couleurs (colorier les aplats ou surfaces aux crayons de couleurs et les lignes ou figures aux feutres). N'oubliez pas de copier la fin du chapitre sur le blog.

 

3e 2 et 3e 3 : Bon courage pour le contrôle de la rentrée sur les Etats-Unis. Ce sera une ou plusieurs questions de cours : il faudra rédiger un ou plusieurs paragraphes. Pour cela, il faut avoir des connaissances solides (donc bien apprendre le cours), car vous ne pourrez vous aider de documents comme pour un sujet de type brevet. Il est nécessaire aussi de bien connaître les 4 cartes (repères, métropoles, agriculture, régions économiques).

 

Profitez bien des jours de vacances qui restent.

Voir les commentaires

Etude d'un château fort Loches et de l'armement des chevaliers 2004

18 Avril 2010, 11:43am

Publié par histege

Voir les commentaires

Qu'est-ce la discrimination ? Documents et questions - 5e - 2010

9 Avril 2010, 15:40pm

Publié par histege

I. QU’EST-CE QUE LA DISCRIMINATION ?

 

Texte 1 : Eloge des différences

 

«Un aspect des immenses et admirables couleurs et mystères de la vie est que des groupes d'individus diffèrent les uns des autres : dans leurs coutumes, leurs traditions, leur foi, la couleur de leur peau et leur façon de s'habiller, etc. Cette "altérité" des différentes communautés peut évidemment être acceptée avec compréhension et tolérance comme quelque chose qui enrichit la vie : elle peut être honorée et respectée, on peut même s'en réjouir.»

 

    Václav Havel, Président de la République tchèque.

 

Texte 2 : La Convention européenne des Droits de l'Homme

 

«Article 14. La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.»

 

Source : Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales, Rome, 4 novembre 1950.

 

Texte 3 : La discrimination selon Alphonse Daudet

 

«Ce qui me frappa d’abord, à mon arrivée au collège, c’est que j’étais le seul avec une blouse. A Lyon, les fils de riches ne portent pas de blouse. Il n’y a que les enfants de la rue, les « gones » comme on dit. Quand j’entrai dans la classe, les élèves ricanèrent. Le professeur fit la grimace et tout de suite me prit en aversion.»

 

Extrait de Le Petit Chose, d’Alphonse Daudet, écrivain, 1868.

 

Questions

 

Textes 1 et 2 :

 

1.     D’après ces deux textes, quelles sont les différences ou les distinctions qui peuvent exister entre les hommes ?

 

Texte 1 :

2.     Quelle attitude préconise l’auteur par rapport aux différences ?

3.     D’après l’auteur, les différences peuvent-elles être un avantage ?

 

Texte 2 :

4.     Les distinctions entre les hommes sont-elles reconnues par la Convention européenne des Droits de l’Homme qu’a signée la France ?

5.     Ces distinctions entraînent-elles des droits et des libertés différentes ?

 

Texte 3 :

6. Quelle différence existait entre Alphonse Daudet et les autres élèves à son arrivée au collège ?

7. Quelle a été l’attitude des autres élèves ? Et celle du professeur ?

8. Une telle attitude peut-elle se justifier ?

9. Par quel mot peut-on qualifier cette attitude ?

Voir les commentaires

L'ONU et a sécurité collective - 3e - 2010

1 Avril 2010, 20:33pm

Publié par histege

L’O.N.U. (Organisation des Nations Unies)

ET LA SECURITE COLLECTIVE

 

unflag.gif

Le drapeau de l'ONU défini en 1945 :

- le bleu symbolise la démocratie (la liberté)

- le rameau d'olivier la paix (depuis l'Antiquité grecque) ;

on peut aussi y voir la prospérité (la sécurité alimentaire, nourrir les hommes)

-  et le planisphère avec une projection polaire arctique la volonté

de préserver la paix (et l'union entre les hommes et entre les  États).

 

 

I. NAISSANCE ET FONCTION DE L’O.N.U.

 

   L’idée de remplacer la S.D.N., qui n’a pas réussi à empêcher la deuxième guerre mondiale, aboutit à la conférence de San Francisco en 1945 : 50 États signent la Charte qui crée l’O.N.U. Aujourd’hui 192 Etats en font partie (Suisse, Vatican, Taïwan...).

   Ses buts sont d’empêcher la guerre, défendre les droits de l’homme... Tous les États membres sont égaux, souverains (pas d’ingérence dans les affaires intérieures) et doivent utiliser des moyens pacifiques pour régler les différends, en aidant l’O.N.U.

 

 

II. L’ORGANISATION DE L’O.N.U.

 

    Elle siège à New York et est organisée en trois institutions :

        1. Assemblée générale, composée de tous les États membres, fait des recommandations (conseil) aux États qui ne sont pas obligés de les suivre.

         2. Conseil de Sécurité : formé de 15 membres, dont 5 permanents (États-Unis, Russie, Grande Bretagne, France et Chine) et de 10 membres élus. Il peut prendre des résolutions (décisions obligatoires) : interventions militaires ou économiques. Pour les questions importantes, les 5 membres permanents doivent être tous d’accord (chacun a un droit de “veto”) et il faut 9 voix sur 15.

         3. Secrétariat général. Le secrétaire général (proposé par le Conseil de Sécurité et nommé par l’Assemblée générale) joue un grand rôle international : administre l’O.N.U. et met en œuvre les décisions du Conseil de sécurité.

Ban-Ki-moon--2006.jpg

Ban Ki Moon, Coréen du Sud et secrétaire général de l'ONU

depuis le 1er janvier 2007. 

 

    Le Conseil économique et social assiste les pays en voie de développement et s’occupe de questions financières et sociales. Il y a beaucoup d’institutions spécialisées : F.A.O. (alimentation, agriculture), U.N.I.C.E.F. (enfance), O.I.F. (travail), U.N.E.S.C.O. (éducation, science et culture), F.M.I. (Fonds monétaire international), B.I.R.D. (reconstruction et développement), O.M.S. (santé)...

 

 

III. L’ACTION DE L’O.N.U.

 

ONU---operat.-paix-1948-98.gif

 

    Pendant la guerre froide, l’O.N.U. est paralysée par les deux superpuissances qui dictent leur loi.

Mais, elle a joué un rôle non négligeable dans les décolonisations et a accueilli un grand nombre de pays devenus indépendants en Asie et en Afrique.

Ses interventions sont de nature très diverse (militaire, politique, économique, sociale, humanitaire et culturelle) : ex. les casques bleus (soldats de la paix).

Le rôle de l’O.N.U. est pourtant nécessaire pour assurer la paix dans le monde et le développement de la planète. Mais ses moyens, par rapports aux États, doivent être renforcés pour être plus efficaces. Ainsi, les Etats-Unis se sont lancés dans la deuxième guerre d’Irak sans l’assentiment de l’O.N.U. et Israël refuse d’appliquer ses résolutions.

Voir les commentaires

Les Etats-Unis - 3e - 2010

1 Avril 2010, 12:28pm

Publié par histege

 

LES ÉTATS-UNIS

 

 

Bollene-10-12-2008-085.JPG

 Stars and Stripes : peinture d'enfant sur galet.

Source : A. Sadki 2008 

 

 

Chap 9 p 232-259

 

 

I. UN TERRITOIRE IMMENSE MAIS MAÎTRISÉ

 

C’est le 4e pays du monde par sa superficie : 9,4 millions de km2.

 

1. Des espaces montagneux à l'Est, les Appalaches, et à l'Ouest, les Rocheuses, forment des barrières climatiques et encadrent de vastes plateaux et d'immenses bassins. Au delà des Rocheuses s'étend la grande vallée de la Californie. Au centre, la Grande Plaine du Middle West forme la majeure partie du territoire américain, parcourue par de grands fleuves.

 

2. Les climats sont variés (continental, océanique, subtropical, méditerranéen, aride), marqués surtout par le caractère continental. Les influences polaire (froide) en hiver et tropicale (chaude) en été entraînent une forte amplitude thermique.

Relief et climat influencent la répartition de la population. Les régions de séismes et de cyclones restent attractives (Californie, Floride... Sun Belt).

 

3. Les ressources naturelles sont abondantes :

- terres fertiles de la plaine centrale.

- sous-sol très riche : 1er producteur mondial  de charbon, de pétrole et 2e pour le gaz naturel; minerai de fer, plomb, zinc, argent, or, mais aussi en uranium.

- les fleuves permettent la production d'électricité et l'irrigation (riziculture, coton, maraîchages...).

 

4. Les États-Unis ont le premier réseau de transport mondial, ce qui permet de maîtriser l’immense espace américain. Les transports routier et aérien dominent très largement. Cependant, le réseau est parfois vétuste.

 

 

II. LA TROISIÈME POPULATION MONDIALE

 

République fédérale (50 États).

317,5 millions d'habitants. Exception parmi les Etats développés, la population augmente assez rapidement : l’accroissement naturel et l’immigration (légale ou clandestine) sont importants.

 

1. La population est diverse : les nombreux groupes ethniques forment un véritable melting pot (creuset), avec des langues et des cultures diverses :

* la grande majorité est formée des descendants d’immigrés européens, venant principalement de l’Europe du Nord-Ouest. Ils forment les WASP (White Anglo-Saxon Protestant)

* la part des minorités augmente et atteint 23 % du total :

- Amérindiens (1 % rassemblés dans des réserves) et les Asiatiques (4.7 %) sont les plus anciennement installés ; la part de ces derniers progresse.

- la part des Latinos (ou Hispaniques : Mexicains...) augmente fortement (14.2 %)

- les Noirs (12.6 %) descendants des esclaves.

Les minorités connaissent des conditions de vie difficiles et vivent dans des ghettos.

 

2. La population est inégalement répartie : l'Est est plus densément peuplé (région d’accumulation des premiers immigrants européens et des noirs) que l’Ouest (mis en valeur à l’époque du Far West). 60 % des Américains vivent à l’Est du Mississippi.

Les migrations intérieures sont importantes : le Nord-Est et le Middle West perdent de la population, alors que la Sun Belt, plus ensoleillée, en gagne. La mobilité de la population est assez élevée (un Américain sur dix déménage chaque année).

 

3. Une forte urbanisation :

Revoir le schéma de la ville américaine (chapitre : urbanisation dans le monde).

80 % des Américains vivent dans les villes, la moitié dans des villes de plus d’un million d’habitants (au nombre de 50). La Mégalopolis est une grande concentration urbaine de 45 millions d’hab (de Boston, en passant par New York jusqu’à Baltimore ; 50 millions si l’on y ajoue Washington). New York : 20 millions d’habitants, Los Angeles : 16, Chicago : 9. En particulier, la moitié d’entre eux vivent dans des banlieues. L’idéal de vie américain est celui de la maison individuelle avec jardin, visant à profiter des avantages de la ville et de la campagne proche. Les activités commencent à s’y développer, notamment autour des centres commerciaux et des parcs technologiques.

 

L’exemple d’une grande métropole, la troisième du pays, ouverte sur le lac Michigan : Chicago :

- le CBD, appelé Loop, se remarque à ses gratte-ciel, contenant des bureaux. Il a une fonction de commandement (administration, sièges sociaux, bourse aux grains…), présence de banques, assurances, grands hôtels, lieux touristiques… c’est-à-dire de services rares et chers.

- des quartiers dégradés, où vivent les noirs (ghettos) et les Latinos, avec une rénovation en cours

- des banlieues étalées, formées de lotissements pavillonnaires où vivent les classes moyennes et les riches

- une zone industrielle et portuaire.

 

vacances Etats-Unis Canada 2008 402 Le Skyline de Boston.

source A. Sadki 2008

 

vacances-Etats-Unis-Canada-2008-407.jpg

Dans le CBD de Boston, entre classicisme et modernité high tech. 

Source : A. Sadki 2008

 

 

4. L’importance de la population permet aux États-Unis de bénéficier d’un énorme marché intérieur. La population active est nombreuse. La part des femmes augmente (presque 50 % du total), en raison du développement des services, de la précarité de l'emploi et du besoin d'un deuxième salaire par famille. Cependant, un Américain sur six vit dans la pauvreté. L’État accorde en 2010 une couverture maladie pour 32 millions d’entre eux (1/10e).  

 

population active : population en âge de travailler, comprenant ceux qui ont un emploi et les chômeurs.

 

 

III. LE LEADER MONDIAL DANS LES SERVICES

 

Schéma des trois secteurs d’activités.

 

le tertiaire = ensemble des activités de services aux entreprises et aux particuliers (commerce, banques, administration…), y compris les transports et le tourisme.

 

Le secteur tertiaire s'est fortement développé depuis la deuxième guerre mondiale ; les Américains avaient déjà pris de l’avance en la matière. Il atteint 75 % de la population active. La part du travail féminin dans les services est élevée. Les cadres et les employés sont désormais les plus nombreux.

Les industries font appel de plus en plus au secteur bancaire, à la publicité, au marketing. Les besoins des ménages augmentent (santé, loisirs, tourisme, internet…).

 

       Les États-Unis sont le 1er exportateur mondial de services, cf. Microsoft, Walt Disney… Les banques américaines gèrent les plus grosses sommes d’argent de la planète. La bourse de New York (Wall Street) est la première du monde. La bourse aux grains de Chicago fixe les prix de gros agricoles. La crise financière déclenchée à la fin de 2008 et l’importance de ses répercussions mondiales montre l’influence de la puissance américaine dans ce domaine.

 

 

Localisation

Fonctions de commandement et dynamisme

Megalopolis

Nord-Est, près des Grands Lacs

Rôle mondial :

● New York : bourse de Wall Street, siège de l’ONU

● Washington : commandement politique (Maison Blanche), militaire (Pentagone) et économique (FMI = Fond monétaire international)

● Chicago : bourse aux grains.

Sun Belt

Croissant périphérique, allant de la côte atlantique à la côte pacifique

Dynamisme dans les hautes technologies :

● Silicon Valley : informatique

● Seattle (Boeing, Microsoft) : aéronautique et informatique

● Los Angeles : capitale mondiale des médias, du cinéma et de la musique (Hollywood…).

 

         Le développement des services transforme l’espace américain :

- les grandes entreprises ne conservent sur le territoire américain que les activités de décision, de recherche et de haute technologie (le reste est délocalisé)

- le tourisme favorise l’émergence de nouvelles régions dynamiques (Floride, Californie)

- le tertiaire supérieur (quaternaire) se concentre dans les CBD et dans les technopôles en banlieue et renforce le poids des métropoles dans l’organisation du territoire.

- 1er réseau de transport mondial : grands aménagements portuaires et aéroportuaires

 

technopole : parc d’activités associant recherche, ingénierie (hautes technologies) et services de haut niveau.

Exemples :

- 1er technopole : Boston-Cambridge : Route 128 (M.I.T : Massachussets Institute of Technology, Harvard, nombreuses entreprises de hautes technologies)

 

MIT---le-Dome---source-wikimedia.jpg

Le Dôme du Massachussetts Institute of Technology. L'édifice est construit dans un style néo-classique en 1861 comme le porte la date en effigie.

source : wikimedia

 

-  La plus remarquable au monde : San Francisco : la Silicon Valley.

 

 

siliconvalley.jpg

La Silicon Valley : universités (Princeton...), laboratoires de recherche, entreprises de hautes technologies et services financiers s'agglutinent pour profiter d'une synergie, d'une commensalité à la fois concurrentielle et grégaire.

 

 

 

IV. LA PREMIÈRE PUISSANCE INDUSTRIELLE MONDIALE

 

         Le secteur secondaire, avec l’industrie, connaît un recul relatif : 25 % de la population active.

 

         1. Le déclin des industries traditionnelles (charbon, métallurgie, chimie, textile), à cause de la concurrence de l’Union européenne, du Japon, des N.P.I. (Nouveaux pays industriels) et de la Chine. D’abord localisées dans le Nord-Est, beaucoup d’usines ont fermé et d’autres ont été délocalisées vers les littoraux (golfe du Mexique, Côte Est...) ou à l’étranger (Mexique : maquiladoras, Asie du Sud-Est) car la main d’œuvre y est moins chère.

 

2. La modernisation de l’industrie automobile : après une période de crise (concurrence européenne et japonaise), elle est redevenue puissante. Surtout localisée à Detroit (General Motors, Ford : deux premiers constructeurs mondiaux), elle a délocalisé les chaînes de montage dans la Sun-Belt. Cependant, la crise financière commencée en 2008 la frappe de plein fouet.

 

         3.  Le dynamisme des industries de haute technologie (high tech) : électronique (ATT), informatique (IBM, Microsoft), aéronautique (Boeing), aérospatiale (NASA)… Elles sont souvent regroupées dans des technopoles près des grandes villes et surtout dans la Sun Belt. Si les Américains dominent dans les hautes technologies, la concurrence du Japon et de l’Union européenne est forte (Ariane, Airbus…).

 

 

V. LA PREMIÈRE PUISSANCE AGRICOLE MONDIALE

 

         La part de l’agriculture continue de baisser depuis la Deuxième Guerre mondiale dans l’ensemble du système productif : 2,5 % de la population active.

 

L'agriculture américaine est la plus puissante et la plus mécanisée du monde, emploie beaucoup d'engrais et nécessite beaucoup d'investissements. Même si le nombre des exploitations diminue, la superficie cultivée reste stable et la productivité augmente. C’est une agriculture productiviste.

 

agrobusiness : ensemble des activités liées à l’agriculture (production, transformation, commercialisation, services). On parle aussi de filière agro-alimentaire.

 

L’agriculture américaine occupe souvent les premiers rangs mondiaux dans les principales productions :

-         céréales dans le Corn Belt (Sud des Grands Lacs) : maïs (40 % de la production mondiale), soja (Ier producteur mondial, 39 %), blé (11,5 % de la production mondiale)

-         cultures spéciales : coton (20 % de la production mondiale), arachide, tabac, canne à sucre...

-         élevage important (1er producteur mondial de viande...) dans les plaines de l'Ouest, le Texas... et troupeaux laitiers dans le Nord (Dairy Belt).

 

L’agriculture est dominée par un agrobusiness puissant, contrôlé par de grands groupes financiers et reçoit d’importantes aides de l’Etat fédéral. Elle est également fort endettée.

 

 

VI : TROIS GRANDS ENSEMBLES RÉGIONAUX

 

Etats-Unis régions économiques - complétée-copie-1

 

 

1. Un Nord-Est (Industrial ou Manufacturing Belt) cœur économique du pays mais en déclin : 1/3e de la population, 1/5e de la production agricole, 1/2 de la production industrielle, 3/4 des sièges sociaux des grandes entreprises. Mais, les anciennes industries sont en crise (textile, sidérurgie, automobile...) et on parle, à cet égard, de Rust Belt (« région de la rouille », avec des friches industrielles).

 

2. La Sun belt est très attractive, formant un croissant périphérique (allant de la côte Pacifique, en passant par le Sud, jusqu'à la côte Atlantique) : 2/5e de la population américaine, attirant près de 70 millions de personnes en près d’un demi­-siècle. Trois Etats dominent : Californie (2e centre économique du pays, le plus peuplé et le plus riche), Floride, Texas. Les hautes technologies, les services, le tourisme en particulier jouent un rôle moteur.

 

3. Une diagonale intérieure immense, mais peu peuplée (1/5e de la pop. américaine), à cause des montagnes, de l'immensité des grandes plaines et du climat continental. L'agriculture et les espaces ruraux sont importants. L'industrie est peu développée. C'est une région de départ pour les migrations.

 

L’espace américain est ouvert sur deux grandes façades océaniques : la côte Ouest réalise plus d’échanges commerciaux avec les pays de la zone Pacifique (Japon, Chine, Asie du Sud) que la côte Est avec les pays de la zone Atlantique (Europe).

 

 

CONCLUSION : LA PUISSANCE AMÉRICAINE

 

Les États-Unis sont la première puissance du monde dans tous les domaines :

-         la puissance politique et militaire : la moitié des dépenses militaires mondiales, la plus grande capacité d’armement (en quantité et en sophistication) et le premier exportateur d'armes au monde.

-         la domination économique : fer de lance mondial du capitalisme libéral, suprématie du dollar, domination dans tous les secteurs économiques (agriculture, industrie et services ; mais 2e exportateur mondial derrière l’Allemagne), force, force des multinationales qui exportent des capitaux et sont présentes partout dans le monde, importance des investissements, même en Europe, grâce à l'ouverture des marchés.

-         la culture américaine (cinéma, télévision, musique, littérature…) domine largement et se diffuse à travers la planète.

 

Mais, cette puissance a des limites. La concurrence économique de l’Union européenne, du Japon et de la Chine (sa balance commerciale est déficitaire avec la Chine) est de plus en plus forte. La dernière guerre d’Irak a provoqué la montée d’un sentiment anti-américain dans de nombreuses régions du monde. Barack Obama, nouvellement élu président de la république, cherche à y remédier.

 

Voir les commentaires

Agenda des classes à partir du 1er avril 2010

1 Avril 2010, 10:51am

Publié par histege

AGENDA DES CLASSES

A partir du 1er avril 2010



 

Evaluations

 

classe

date

sujet

manuel

coefficient

6e 3

 

 

p. 

 

5e 4

Vendredi 9 avril

Monde catholique 

p. 58-83

2

5e 5

Jeudi 8 avril 

Monde catholique

p. 58-83  

2

5e 6

Vendredi 9 avril 

Monde catholique p. 58-83

2

3e 2

bientôt

Etats-Unis

  p. 232-259

2

3e 3

bientôt

Etats-Unis 

  p. 232-259

2

           

Pour toutes les classes : les chapitres étant assez longs, il faut impérativement les résumer. Pour cela, revoir la fiche méthode, "comment apprendre sa leçon" (y compris faire une fiche résumant le chapitre).


Classes de 5e 4, 5 et 6
: connaître le schéma de l'organisation de l'Eglise catholique, la différence entre un clerc et un laïc, la vie du moine et l'organisation d'une abbaye, le rôle du clergé séculier, la vie des laïcs, les différences entre l'art roman et l'art gothique (y compris les cartes et les schémas), les luttes contre les hérésies et les croisades.
  Savoir reconnaître l'art roman et l'art gothique à partir d'images (voûtes, chevet...).

 

EXERCICES

 5e 6 : pour le vendredi 2 avril, finir les questions du polycopié (le refus des discriminations).

5e 4 : pour le mardi 6 avril, finir les questions du polycopié (le refus des discriminations).

  3e 2 et 3e 3 : faire la fiche résumé du chapitre sur les Etats-Unis.

Voir les commentaires